Coup de gueule aux associations de protection animale

Je tiens à vous rappeler que nous gérons une fourrière animale. Notre travail consiste à prendre en charge des animaux trouvés en divagation sur la voie publique sur demande des mairies avec lesquelles nous travaillons. Ces animaux sont pour la majorité récupérés par leurs propriétaires. En effet de plus en plus de gens prennent enfin conscience de l’importance de faire identifier son chien ou son chat.

Mais il reste une minorité de ces animaux qui ne sont pas réclamés, tout simplement parce qu’ils ne sont pas identifiés ou qu’ils ont été volontairement abandonnés. Régulièrement nous entendons les témoignages de gens qui en ont vu d’autres abandonner leur chien en pleine forêt. Aujourd’hui encore, certains propriétaires d’animaux sont lâches face à un animal qu’ils ne contrôlent pas. On n’hésite pas à abandonner son chien parce qu’il est vieux, parce qu’un chien de chasse à peur des coups de fusils, parce qu’il est aveugle ou sourd, ou parce qu’un nouveau-né vient d’arriver dans la famille et que l’on n'a plus le temps de s’occuper. Il y a ceux également qui achètent des chiots de chiens de grandes races et, une fois adultes ne savent plus s’en occuper et les abandonnent (husky, dogue allemand…). Il y a ceux qui pour soi-disant gagner un peu d’argent se disent « tiens je vais élever des chiens pour les vendre… » et au final n’en vendent aucun et donc abandonnent en toute bonne conscience une portée de 9 chiots dans la rue. Il y a ceux qui pour faire rigoler les copains offrent une chèvre ou un cochon à un ami pour un anniversaire ou un enterrement de vie de garçon et une fois la fête passée l’abandonne…

Toutes ces histoires ne sont pas anodines, nous les vivons au quotidien.

Il faut savoir que le code rural dit clairement que si un animal n’a pas été réclamé par son propriétaire après la durée légale de 8 jours ouvrés, il peut être soit transféré dans une association de protection animale disposant d’un refuge ou soit malheureusement euthanasié après avis d’un vétérinaire.

En ce qui nous concerne, nous privilégions toujours le transfert en refuge. Nous n’hésitons pas à garder un animal plusieurs semaines pour lui trouver une place. L’euthanasie reste exceptionnelle.

Nous travaillons avec la SPA des Olonnes au Château d’Olonne, le refuge GALIA à Fontenay le Comte, L’Arche de Noé à Challans, Le refuge des Animaux et des Hommes à Bouguenais, l’association ORFEE, le refuge de Fontorbe à St Jean d’Angely, Le refuge Animal Aid à Lezay…

NOUS AVONS TRANSFERES EN REFUGE 70, 87, 112 chiens respectivement en 2010, 2011 et 2012. Et déjà plus de 100 chiens et 36 chats depuis le 1er Janvier 2013. CHAQUE SEMAINE, nous réalisons des trajets pour transférer des animaux en refuge.

Alors à tous ceux qui pourraient critiquer nos façons de faire parce qu’il y a malheureusement chez nous quelques euthanasies, je vous dirai d’aller interroger les autres fourrières en France (gérées pour certaine par des associations de protection animale). Demandez-leur si elles arrivent à pratiquer le « zéro euthanasie » !

A tous ceux qui essaient de nous mettre « des bâtons dans les roues » afin de nous discréditer face à nos clients, allez donc vous en prendre à la source : tous ces propriétaires d’animaux lâches, irresponsables, qui pour certains ne bougent pas le petit doigt pour essayer de retrouver leur animal, qui quelquefois nous disent même « je préfère qu’il crève plutôt que de payer un euro pour le récupérer » !

Il est là le problème. Cela serait tellement plus simple de se poser les bonnes questions !!!!

Pourquoi ne voit-on jamais de campagnes publicitaires rappelant l’obligation des propriétaires de chiens et de chats d’identifier leur animal ?

Pourquoi ne voit-on pas chez les vétérinaires par exemple des affichages conseillant aux propriétaires de chats de les stériliser ?

Pourquoi par exemple n’interdisons nous pas aux particuliers d’élever des chiens ou des chats en grand nombre ? Et pourquoi ne pas instaurer un nombre restreint de chiens et de chats par foyer !!!

Comment se fait-il que nous autorisons des « foires aux chiots », alors que les refuges sont TOUS en sur-effectifs ?

Vous déplacez-vous la nuit ou le week-end lorsqu’un chien s’est égaré ou lorsqu’il est en danger sur la voie publique ?

PS : A tous les refuges disposant d’un peu de place, n’hésitez pas à vous faire connaître, votre aide sera toujours la bienvenue.

L'article

Le magazine "Paris Match" publié du 25 au 31 juillet 2013 vient de ressortir cette photo.

Quelle étrange photo d'ailleurs... Cela me rappelle quelque chose, pas vous ?

Ce photographe reconnu, avait fait placer les 140 cadavres que la SPA avait du faire euthanasier en juillet 1980, sur le circuit de Magny-Cours.

Quel choc, n'est-ce pas! 140 en un mois...

A cette époque le magazine s'est servi de cette photo pour rapeller l'irresponsabilité des propriétaires d'animaux. Et il avait raison, car les vrais coupables dans toute cette histoire, sont uniquement tous ces propriétaires de chiens ou de chats qui n'assument pas leur animal quand celui-ci devient gênant.

Maintenant après avoir lu l'article je me pose des questions :

Est-ce que les gérants de ces SPA ont reçu des menaces de mort lorsque cette photo est sortie ?

Etes-vous (vous, justiciers extrèmistes de la protection animale), allez porter de fausses accusations contre ces gérants de fourrière ?

Y-a-t-il eu une enquête ? Tiens, bizarre ces positions, on dirait que ... Tiens il y en a un au mileu qui a une corde autour du cou, étrange...

Bref, je ne cherche pas à denoncer quoique ce soit. Je trouve juste inadmissible que l'on juge et condamne quelqu'un alors que la justice n'a pas encore donné son verdict.

L'anecdote

Je finirai juste par une dernière anecdocte. Courant octobre 2013, pas très loin de chez moi, des gens ont porté plainte contre une mamie de 85 ans qui possèdait un poney. Il est vrai que depuis quelques temps, son poney présentait quelques symptômes du à une maladie incurable. Ces symptômes quelque peu inconvenable, ont poussé de stupides personnes à dénoncer des actes de maltraitance de la personne âgée envers son poney. Bravo !!!

Au final, des spécialistes ont affirmé qu'il n'y avait aucun acte de malveillance et que ces symptômes étaient en effet liés à la maladie. Mais cela n'empêche que cette dame a été très choquée de voir débarquer chez elle, gendarmes et autres individus lui reprochant des faits dont elle n'était pas coupable.

Quelle honte !!!

A ces gens qui se reconnaitront, ne pouviez vous pas réfléchir avant d'aller la dénoncer aux gendarmes ? Pourquoi ne pas lui proposer votre aide plutôt que de la poursuivre ?

Antoine Beaufour